LA MARMOTTE 2011

A l’issue de notre traditionnel voyage à l’étranger du week-end de l’ascension 2010, j’ai lancé la folle idée de faire la cyclosportive « La Marmotte » en 2011.

 

Il s’agit, d’après les spécialistes, de la cyclosportive la plus dure au monde. 174 Km – 5000 m de dénivellation – Col du Glandon / Col du Télépraphe / Col du Galibier / Alpe d’Huez

 

Certains FOUS, m’ont pris au mot !!!

 

Après quelques milliers de kilomètres d’entrainement, nous nous approchons de notre objectif.

 

J-3 

Départ de Belgique (en voiture), en direction de notre Hôtel à l’Alpe D’Huez – De quoi nous laisser le temps de digérer les kilomètres de voiture et de s’acclimater à l’altitude.

Pas grand monde n'imaginait la difficulté qui nous attendait. Mais nous avons eu très vite compris en arrivant à l'Alpe d'Huez.  Escalader l'Alpe en voiture et vous en avez les jambes coupées.

 

J-2

Petit tour de décrassage de 60 Km et reconnaissance de l’ascension de l’Alpe D’Huez – Sortie qui n’a pas permis de nous rassurer sur les difficultés qui nous attendent.

 

J-1

Repos & formalité d’inscription (7500 participants, excusez du peu) … la pression monte !!!!

 

Jour J

5 heures du matin :

Le réveil sonne, il faut se lever, après un petit-déjeuner copieux. Nous nous préparons fébrilement.

 

6h50 : Descende de l’Alpe d’Huez à vélo vers la ligne de départ – il fait glacial (7°C) – Nous sommes congelé au pied.

 

Trois départs sont organisés à 7h00 – 7h25 – 7h50 sur base du numéro de dossard – Nous devons prendre le départ de 7h50

 

7h30 : Nous sommes dans les rues de Bourg d’Oisans, nous attendons le départ.

 

7h40 : Le peloton commence à avancer, pas à pas.

 

7h50 : Départ de la troisième vagues (vague de +/- 2500 cyclos)

 

8h00 : Je passe sous le portique de départ

 

Une portion de plat et nous arrivons au pied du barrage de Verney avec une bonne petite pente. Ce barrage de 45 mètres de hauteur et sa route avec deux virages. Après avoir escaladés cette première montée, nous arrivons sur le barrage, pour passer d’une rive à l’autre et ainsi suivre le bord du lac. En le contournant, nous passons à côté de la centrale EDF, la route redescend un tout petit peu, pour se dresser maintenant devant nous.

 

Les choses sérieuses commencent, nous entamons l’ascension du col du Glandon, avec des passages à plus de 10 %. Au bout de 7 kilomètres, nous arrivons au village de Rivier d’Allemont, à partir du village en raison d’éboulis (il y a quelques années) le tracé de la route à complètement changé. Maintenant, il faut sur à peut prêt deux kilomètres redescendre une route en lacet, la pente est sévère. Une fois la descende effectuée, la pente se dresse à nouveau devant nous. Une pente droite et très raide à plus de 11 %.

Après ces passages assez difficiles, nous retrouvons une route aux pourcentages bien plus calme, entre 6 et 8 %. Certes parfois sur quelques mètres, du 10 voir du 11 % nous sont proposés, rendant l’ascension assez pénible.

Le pied du barrage de Grand-Maison se présente enfin à nous. Il est majestueux et imposant.  Nous arrivons au lac. C’est magnifique …. Pendant 5 kilomètres d’une légère pente, nous longeons le lac en le surplombant.  L’ascension n’est pas terminée … Il reste encore trois bons kilomètres avant d'atteindre le sommet. Au loin nous apercevons la dernière demeure se trouvant à quelques mètres du sommet. 

 

Après une descende fantastique négocié de main de maître, on est descendeur ou on ne l’est pas !!!

 

Nous arrivons à Saint-Jean de Maurienne et nous devons prendre la vallée jusqu’à Saint- Michel de Maurienne, nous voici avec une vingtaine de kilomètres de plaine que nous essayons d’effectuer sans trop puiser dans nos réserves afin de ne pas gaspiller nos « cartouches ».

 

Nous traversons Saint-Michel de Maurienne, nous voici au pied du col du Télégraphe. La montée du Télégraphe escalade le versant nord de la vallée en milieu forestier. On démarre à 718 m d’altitude pour arriver à 1556 m. La montée est assez régulière et ne pose pas trop de problème. Celle du col du Galibier, par contre, se fait avec beaucoup plus d’irrégularités. Au départ de Valloire, la première difficulté arrive juste après avoir franchi la Valloirette. En effet, la montée vers le hameau de Verneys est assez « casse jambe » puisqu’on doit y avoisiner les 10 % … Puis la route se calme et on suit le fond de vallée assez régulièrement jusqu’à Plan Lachat. Ici, la route devient plus vertigineuse en s’élevant au dessus de la vallée. La pente aussi s’élève et on ne passera plus en dessous de 8% alors qu’on a déjà 42 Km de montée dans les jambes.

 

Les derniers kilomètres sont psychologiquement plus difficiles que les autres, puisque pendant plus de 5 kilomètres, vous aurez une vue sur le col au bout de la vallée. A partir de 2400 m d’altitude, des murs de neige sont encore présents au bord de la route.

 

OUF, un gros soulagement, nous sommes au sommet !!! Il nous « reste » à descendre via le col du Lautaret sur bourg d’Oisans avant l’ascension finale de l’Alpe d’Huez.

.

Nous arrivons au pied de la célèbre montée de l’Alpe. Départ à 737 m d’altitude pour atteindre 1860m au sommet. La première rampe très sévère vous amène au virage 21 et se poursuit par une escalade redoutable jusqu’au virage 17. Une fois passé ce virage, vous arrivez au village de La Garde dont la traversée vous permet de récupérer sur 200 m de moindre pente. Virage 15 où à nouveau, la pente s’accentue sur plus d’un km. Ensuite, grimpée jusqu’au village d’Huez. Du virage 5 à 2, on entre à nouveau dans le vif du sujet jusqu’au croisement dit de la Patte d’oie et là, les 3 derniers virages s’enchaînent sur une pente similaire à la première partie de la montée. Le virage 1 permet de conclure la grimpée vers la station puis de déboucher dans le Vieil Alpe.

 

Le soir, nous avons tous promis que c’est fini, que nous ne reviendrons pas … trop dur … mais … quelques jours après … voilà, nous avons décidé de remettre cela l’an prochain !!! Sourire 

Récit écrit par François Ranwez

 

Le lien pour voir les video de la Marmotte 2011 : cliquez ici

il vous suffit alors de rechercher votre candidat favori.  Il va apparaître ses temps de passage mais aussi une petit camera. Il suffit de cliquez dessus.

Seul petit bémol, il faut être classer pour être répertorié.

Le lien pour voir les photos de la Marmotte 2011 : photobreton.com

il vous suffit d’introduire le numéro de dossard de votre favori (de 6039 à 6051 et 7558) pour voir ses photos.

Le MONSTRE est derrière nous. Pas grand monde n’imaginait la difficulté qui nous attendait. Mais nous avons eu très vite compris en arrivant mercredi à l’Alpe d’Huez.  Escalader l’Alpe en voiture et vous en avez les jambes coupées. 

Mais le bilan est plus que positif avec 9 participants sur 13 classés dans les temps.

Philippe Gilot a du renoncer alors que malgré tous les pépins mécaniques, il était arrivé dans les délais au pied de l’Alpe d’Huez.  Mais sans dérailleur c’est impossible à escalader. Un comble pour un cycliste aussi soigneux de son matériel.

François Ranwez est lui arrivé hors délai au pied de l’Alpe.  Il lui a sans doute manqué 1 mois d’entraînement.  Mais il n’a pas manqué de courage assurément.

Véronique et Angélique, plein d’abnégation et de courage ont arrêtés dans le Galibier.  Elles ont fait 110 des 178 kms et 3200 m de dénivelé sur les 5.000 au programme. Bravo et félicitations à elles. Certainement les plus méritantes.

Damien, Eric, Jean, Xavier, Amar, Marcel, Eric, Freddy et Frédéric ont eu la chance de franchir la ligne d’arrivée.

Freddy accablé par des maux de dos depuis un mois, avait dû ralentir son entraînement et ces maux sont revenus sur les pentes du Galibier. Il a fini avec un courage énorme pour escalader l’Alpe d’Huez. 

Eric Minadeo a fini au courage avec des crampes depuis les pentes du Galibier déjà.  Trop de pertes hydriques, c’est vraiment très très dure la haute montagne dans ces conditions. Un seul mot Bravo.

Marcel qui n’est pas le plus jeune de la bande et qui n’avait que 2.200 kms dans les jambes a été égal à lui même et est très heureux après une longue longue journée. Marcel ou comment boire des cocktails à la plage et faire la Marmotte.

Amar, notre rouleur, sait aussi escalader les cols.  Il a passé sa journée avec Marcel.  Il aime juste s’arrêter un peu trop au ravitaillement et aussi le jus de pamplemouse.

Xavier, il a hisser ses 94 kgs au-dessus de chaque cols avant de basculer comme un fou furieux dans chaque descente pour combler son handicap. Epatant.

Jean ou Pitta , jeudi matin, il était encore résigné a nous regarder rouler quand à sa grande surprise l’ophtamologue lui a donné le feu vert. Le temps de tout préparer et nous rejoindre, il se lançait dans la Marmotte.  A l’arrivée, que du bonheur et des frissons.

Eric Iovino, grimpeur patenté et seul expérimenté sur cette Marmotte, a amélioré son temps de l’année précédente d’une demi heure.

Damien, le grand ami de Xavier mais aussi son anti thèse, il a gravi avec aisance chaque difficulté pour terminer dans un super temps pour lui qui a commencé le vélo il y a 30 mois.

Frédéric, il a très bien préparé cette Marmotte, au départ pour la terminer dans un temps honorable.  Poussez par Philippe au 3 ballons, il obtient un dossard  préférentiel pour ceux-ci et prend conscience qu’il peut mieux qu’un temps honorable malgré un pépin mécanique. Au bout du compte un bon temps de 6h58 et une 275ème place sur 7.000 partants.

BRAVO A TOUTES ET A TOUS ET A L’ANNEE PROCHAINE A LA MARMOTTE ????  THAT’S THE QUESTION.

Pour une info complète voici les classements et temps :

Prénom   Nom         class. class.cat  temps
Frédéric Ranwez      275    74        06:58:01
Damien   Poelaert     1836  679       0826
Eric      Iovino       1865  655       0815
Jean     Pittalis      3104  1153      09:01:28
Xavier   Soenen       3693  1158      09:24:55
Amar    Bouaziz      3757  572       0935
Marcel  Vantrimpont  3845  594       0908
Eric     Minadeo      4752  1809     1027
Freddy  Michaux      5100  1927     1017

En 2011, nous nous sommes lancé le défi de faire la cyclosportive La Marmotte au départ de Bourg d’Oisans le 02 juillet prochain.

 L’épreuve est longue de 174 kms pour 5000 m de dénivelé.  Nous escaladerons les cols du Glandon, du Télégraphe et du Galibier pour terminer par l’ascension de l’Alpe d’Huez.

 Nous sommes 22 inscrits et les inscriptions sont terminées.

carte de la Marmotte

Pour le dénivelé du Glandon : cliquez ici

Pour le dénivelé du Télégraphe et Galibier : cliquez ici

Pour le dénivelé de l’Alpe d’Huez : cliquez ici

Commentaires (1)

1. online background check life (site web) 01/05/2017

First and foremost public arrest records in orange county and public court records in south dakota. From time to time, tenant background check nj, oc jail arrest log or public arrest records in st louis missouri. What is more, police records uk free preferably than kansas death records.

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau